Plug-in or not plug-in ?

plug-ins

Quand on développe un site internet avec un CMS (Content Management System ou Outil de Gestion de Contenu), on gagne du temps en développement mais on perd un peu en « personnalisation » et fonctionnalités spécifiques.

L’avantage majeur et indéniable du CMS sera pour l’utilisation client, il sera autonome dans ses mises à jours grâce à une interface « user friendly » simple et intuitive pour rédiger facilement son contenu.

tableau-bord

En revanche, côté développement, ça se complique un petit peu quand on doit ajouter des fonctionnalités spécifiques à une demande client ou une utilisation personnalisée du CMS.

C’est dans ce cas de figure que l’on a recours à des modules spécifiques « tout fait » (nos fameux plugins) pour ajouter des fonctions au site.

Tous les CMS proposent des plugins ou add-ons développés indépendamment. Ils permettent d’ajouter des fonctionnalités au site, que ce soit pour la partie back-office ou pour la partie front office.

Quelques exemples de plugins souvent utilisés  : Gestion de galeries photos, modules multilingues, plugin e-commerce pour transformer votre cms en boutique en ligne, add-on seo pour optimiser le référencement, etc.

Avoir recours à ces plugins permet au développeur de gagner du temps, de plus, il est souvent courant de modifier une partie de leur code pour l’adapter à ses besoins…

L’inconvénient, c’est qu’a force d’ajouter de multiples modules à notre CMS de base, cela va impacter lourdement le temps de chargement de chaque page qui fait appel à ce nouveau module greffé. En effet, chaque plugin va faire appel à ses propres fichiers sources (css, js, php…) et va donc augmenter le nombre de requêtes faites au serveur pour une même page, alors qu’un développement « à la main » regroupera l’essentiel des fonctions dans un nombre de fichiers restreints.

Si l’on prends pour exemple un plug-in « social » de partage sur Google +. Il va comporter cinq ou six fichiers (css, js, php, xml, jpg…).

Alors que l’intégration direct du code ne prendra que quelques lignes :

g-plus

POUR RESUMER :

Utiliser des plugins oui, mais à bon escient !
Je veux dire, qu’il est parfois plus simple et plus rapide d’écrire une fonction spécifique qui sera moins lourde qu’un plugin.
Alors réfléchissez bien avant d’installer un plugin…

PartagerShare on LinkedIn0Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *